La collaboration entre médecin et chiropraticien

handshake

La profession chiropratique a fait de grandes enjambées pour établir des relations de collaboration avec d’autres professions en pratique clinique, en recherche et en education. Récemment, un projet pilote en Ontario impliquant chiropraticiens et médecins a rajouté au momentum. L’étude a démontré un réel intérêt, de la part des médecins et de la part des patients, à adopter une approche de collaboration avec des chiropraticiens pour améliorer les stratégies de traitement pour la douleur lombaire.

Selon l’Association de Chiropratique de l’Ontario, « la douleur lombaire est un problème de santé majeur en Ontario, il affecte 84% des travailleurs à un moment dans leur vie et est deuxième après le rhume pour les journées de travail manquées. » Nous pouvons estimer que le Québec a des statistiques similaires.

UN SONDAGE DES MÉDECINS ET DES MEMBRES DU PUBLIC

La ACO a reporté que le sondage a démontré que 93% des omnipraticiens traitent fréquemment leurs patients pour des douleurs lombaires et 55% de ces médecins trouve le traitement de ces douleurs un véritable défi. Le trois quart pense que leurs patients souffrant de douleur lombaire pourraient bénéficier des options de traitement d’autres professionnels de la santé.

Le trois quart (75%) des patients sondés ont jugés que le système de santé serait plus efficace et économe si des professionnels comme les chiropraticiens étaient utilises en équipe avec leur médecin de famille.

LE PROJET PILOTE

“Pour cette étude, les chiropraticiens ont vu les patients avant une référence pour de l’imagerie avancée ou pour voir un spécialiste. Souvent, le patient pouvait être traité avec des traitements conservateurs chiropratiques. L’importance de l’activité physique était centrale dans plusieurs cas. Le chiropraticien prenait le temps de guider le patient et ceci démontrait une grande satisfaction des patients. Après l’évaluation, le chiropraticien fesait un rapport de résultat au médecin traitant et une discussion sur le plan de soins suivait.”

RESULTS, RÉACTIONS AND RECOMMENDATIONS

Les formulaires d’évaluation completés par les patients démontraient un taux de satisfaction de 95% avec le modèle collaboratif.

“Les lombalgies chroniques et récurrente qui ne répondent pas au soins habituels en médecine deviennent un défi pour le système de santé. Elles sont la raison première des références en chirurgie orthopédique et en neurochirurgie. La grande majorité de ces patients recoivent aussi une resonance magnétique avant leur consultation avec le spécialiste. Par contre, moins de 10% de ces patients sont des candidats à la chirurgie. Cela veut dire que la plupart de ces résonances magnétiques ne sont pas nécessaires. Les chiropraticiens ont un rôle à jouer dans les soins primaires et le triage de ces patients. Ceux-ci peuvent diminuer la morbidité reliée aux temps d’attente prolongés et optimiser l’utilisation de resources limitées.”

Plusieurs problèmes aigus deviennent chroniques à cause des longs délais avant de recevoir le traitement adéquat. La collaboration avec les chiropraticiens utilise mieux les resources de la communauté.

QUE POUVEZ-VOUS FAIRE?

Si vous avez un médecin de famille, demandez à votre chiropraticien de vous donner une lettre de référence. Cette lettre établira la communication entre MD et DC, donnant ainsi l’information nécessaire sur votre suivi chiropratique à votre médecin.
Si vous n’avez pas de médecin de famille, votre chiropraticien devient une partie intrinsèque de votre suivi de santé. Ayant un doctorat et étant un professionnel de soins primaires, votre chiropraticien peut vous aider à naviguer le système de santé et à créer une ligne de communication ouverte avec les autres professionnels de votre équipe de santé.
Parlez à votre chiropraticien pour optimiser la collaboration interprofessionnelle!